À la Une

Si seulement….

Si seulement…

Si seulement tu pouvais l’entendre,

Le comprendre…

L’accepter.

Silence radio…

Tu obsèdes pourtant mes pensées !

Tu me manques…

C’est invivable,

Insupportable !

Inévitable.

Tu ne nous laisseras pas cette chance.

Je le sais…

Tu n’es pas prêt.

Mais j’y peux rien,

Il bat pour toi !

Je ne t’en veux pas

Ou peut être trop…

Je ne sais pas,

Je ne sais plus…

J’ai tant de souvenirs qui me font sourire

Qui m’attendrissent…

Si seulement, je te manquais…

Aurais-tu trop de fierté ?!

Pour me dire que tout ceci est réciproque

Que tu te moques de tout le reste …

Je t’aime.
Je vais t’aimer comme on ne t’a jamais aimé.
Je vais t’aimer plus loin que tes rêves ont imaginé.
Je vais t’aimer
Je vais t’aimer comme personne n’a osé t’aimer.
Je vais t’aimer comme j’aurai tellement aimé être aimé.
Je vais t’aimer, je vais t’aimer….

Rien ni personne ne pourra me l’interdire ;

Même si cela me fait souffrir..

Je ne sais plus comment te le dire.

Je n’ose plus te le dire…

Je suis prête à t’aimer !

À prendre le pari,

Que nous deux c’est possible..

Parce qu’encore une fois la vie est imprévisible.

Parce que Moi, j’y crois pour deux !

Pour nous deux !

Parce que je ne te demande rien,.

Juste un peu de réciprocité…

Un semblant de tendresse,

Comme chacune de tes caresses…

Parce que la tendresse fais parti de toi,

Plus que tu ne le crois !

Je souhaite juste prendre soin de toi,

Me donner à toi…

Pas qu’un seul soir…

Non, je n’ai plus d’espoir.

Pourtant, je crois tellement en toi, en Nous…
Je vais t’aimer comme on ne t’a jamais aimé !
Je vais t’aimer plus loin que tes rêves ont imaginé !
Je vais t’aimer
Je vais t’aimer comme personne n’a osé t’aimer.
Je vais t’aimer comme j’aurai tellement aimé être aimé.
Je vais t’aimer, je vais t’aimer….

Dinahsa

14.02.2019

Publicités
À la Une

Affronter

Un choix,
Ce choix,
Quelques sanglots…
Tu te laisses aller quelques minutes…

Il faut avancer, assumer..
Tu te lèves, tu brilles, tu pétilles.
Tu t’ai reprise, éprise aussi..

Toujours s’occuper pour ne pas penser.
Quand la charge est trop lourde,
Tu perds ta raison.

Ne pas se retourner,
Oublier ce passé,
Le laisser, le quitter !

Tu fonces..
Tête baissée,
Pour mieux tomber, pour mieux sombrer …

Toujours ce sourire figé,
Ce masque que tu croyais avoir abandonné…
Ne pas penser,
Vibrer.
Eviter de s’effondrer…

La solitude t’habite,
Tu l’ignores,
T’en fais ta force.
Tu relativises..
Pour que rien ni personne ne te brise !

Puis, il y a ce dîner,
Ce dîner avec toi en face à face, en tête à tête.

Tu réalises que tu ne peux plus l’ignorer,
Cette solitude est bien là…
Cela a été ton choix…
Tu ne le regrettes pas …

Mais pour la première fois,
Celle qui te ronge sournoisement depuis quelques semaines déjà,
Remonte à la surface.
Cette Peur, cette douleur.

Elle a un goût amer.
Un goût que tu connais malheureusement si bien…
Toi qui recherche seulement la paix..

Tu ne veux rien laisser transparaître…
Mais tu le sais,
T’es en sursis … en rémission plutôt…

Il faut arrêter de fuir,
Et faire face,
Comme toujours,
Depuis toujours…

Au fond de toi, il y a une petite différence
Malgré cette indifférence…
C’est ton combat, ton bras de fer !

Tu as déposé ta croix…
Tu le croyais,
Mais Elle est toujours là,
C’est comme ça.

Tu as fuis, tu fuis,
Ne surtout plus la laisser gagner,
Tu en as pris le pari !

Mais pour cela il faut l’affronter,
Tête haute.

Incapable aujourd’hui..
Demain peut-être…
Tu te sens faible, vulnérable…
Mais tu as tellement de ressources en toi…!

Il faut juste y croire !
Laisse-toi gagner par l’espoir…

Apprendre à vivre seule,
Un petit pas après l’autre…

Ne te laisse pas rongée par tes doutes,
Ne t’abandonne pas dans cet antre,
Reste la guerrière que tu as souvent été..
Laisse-la peur où elle est.
Parce qu’au fond de toi, tu le sais,
Tu le sais que tu vas y arriver !
Tu le sais que de temps en temps il faut pleurer, crier !

Oui, tu aurais besoin de bras,
Pour te consoler, t’apaiser…
Mais la vie te l’a appris…
On est toujours seule …
Cela ne t’empêche pas de vivre, de partager, d’espérer !

Tu as le droit de te laisser aller,
Le devoir de te relever, de te pardonner et surtout de t’aimer !

Dinahsa
13.02.2019




e










À la Une

Tu mérites mieux…

Se mettre en danger,
Sans rien demander.
Juste regarder.
Échanger,
Risquer !

Pour se sentir désirée ou plutôt aimée ;
Juste pour t’oublier … .
Parfois on aimerait que cette spontanéité
Soit apaisée,
Soit calmée, apaisée, effacée !
Elle fait pourtant partie de ta personnalité.

Parfois, pour mieux te briser !
Et tu le sais…

Tu retournes cependant, vers tes démons passés…
Parce qu’elle te mène par le bout du nez…
cette sacrée naïveté !

Tu crois vivre mais tu veux juste oublier…
Alors tu te jettes dans ses bras, dans ses entrailles…
Tu veux y croire ; même si au fond de toi,
Tu sais que tu dérailles
.
Tu t’accroches à une illusion…
Finalement, un moment agréable se transforme en enfer …
Parce que cela, tu sais faire…
La désillusion c’est ton domaine!

Ma belle,
Tu mérites mieux que ces yeux…
Tu mérites mieux que ce soupir, que ce désir…

Penses à toi et n’oublie pas …
N’oublie pas d’où tu viens,
N’oublie pas qu’Ils t’ont fait assez de mal,
Trop de mal…!

Alors ma poupée, protège toi…
Prends soin de toi !
Réveille-toi !
Fuis tout cela…

Cours, cours vite sans jamais te retourner…
Cours sans jamais regretter,
Sans jamais oublier !
Que tous… Ils ont les même pensées…
Que tous, ils sont obsédés.

Oublie tes sentiments, oublie tes illusions,
Fais face à tes frustrations…

Un Seul,
Un Seul saura t’accepter telle que tu es,
Un Seul saura t’aimer !

Même s’il sera trop tard quand il l’aura réalisé…

Nidahsa

12.02.2019

Paris – St Lazare

À la Une

Huit ans…

Huit ans à tes côtés,
Huit ans de vie commune,
Huit ans à rires, pleurer, s’enrager, s’aimer…

Un matin,
Un lever,
Mille pensées …
Une fin déterminée.

Des larmes,
Des mots…
Nos maux.

De l’Amour,
Toujours…
Seulement différemment…

Une nouvelle existence,
Des projets,
Séparés.

Mais nous sommes liées à jamais…!

Pour toi, j’ai tant donné,
J’ai tout donné !
Mais ce n’était pas assez…,
Pour que cela dure une éternité.

Mon seul souhait, que tu sois heureuse…
Même si… .

Merci…
Merci d’avoir toujours était présente,
Merci de ta patience légendaire !
Merci pour tout l’Amour que tu m’as porté.
Merci parce que sans toi, je ne serai pas la femme que je suis devenue,
Merci, parce que tu m’as sauvé !
Nous seules savons qu’aujourd’hui ; si je suis encore là, ce n’est Que grâce à Toi !
Merci parce que c’est Toi, parce que c’est Nous.

Pardonne-moi
Pardonne-moi, d’avoir fait ce choix, pour toi , pour moi..
Je sais qu’un jour, tu le comprendras…

Ma main sera Toujours dans la tienne.
Je t’aime.
Où que je sois, tu fais partie de moi…
Tu seras toujours en moi !

Tout à changer, c’est vrai…
Mais tu as ta place, au chaud, dans mon cœur.

C’est vrai, j’aurai aimé tenir ta main un peu plus longtemps …
Mais c’est comme ça.
Cela n’ a rien à voir avec Toi..
J’espère que cela te rassurera…
Je sais bien que cela ne te consolera pas …

Tu ne seras jamais seule.
Je serais toujours là,
Quand tu le voudras,
Quand tu le décideras…
Quand tu le pourras !

Sache juste que je suis quand même là !
Qu’il y a aura d’autres éclats de rire,.

Notre complicité renaîtra !
Peu importe où les vents nous mèneront …

Toi seule sais..
Que nous nous ne sommes pas perdues..
Le plus beau reste à venir…

Dinahsa
09.02.2019
Paris





















À la Une

ROCK, HAINE, ROLES

ROCK comme la voix usée de ces hommes fatigués
De parcourir les routes afin qu’on les écoute,
De chercher à comprendre, mais comment se faire entendre
Quand personne ne répond au milieu de la Haine,
La haine de devoir passer le plus clair de son temps
Au milieu de ces gens, forcés de jouer un RÔLE
De plus en plus bancal, dans le plus mauvais des bals
Où personne danse ensemble!

Rock, haine, rôles.
Où personne danse ensemble!
Rock, haine, rôles.

J’ai du ROCK dans la voix, de la HAINE, des blessures,
Des RÔLES sur mesure mais tout ça c’est pourquoi?

Pour te dire que j’ai peur, qu’ils sont devenus fous,
Que le monde a mal au coeur, mais que tout le monde s’en fout.
Qu’il y a tant de prières qu’on ne peut plus les comprendre,
Tant de mots qu’on croyait ne plus jamais entendre.

Alors tu montes sur scène comme un gosse sans gêne
Qui vient chercher de l’amour, qui vient crier au secours.
Je sais qu’il y a quelque chose qui te gêne mais je chante quand même,
Peut-être un peu trop fort, mais parfois fais l’effort de m’écouter un peu…

ROCK comme s’il n’y avait personne quand tu lèves les yeux,
Comme s’il y avait maldonne,

HAINE pour ce marteau rouillé qui s’abat sans pitié
Sur ses propres enfants…Jusqu’à quand?

Rock, haine, rôles!
Jusqu’à quand?
Rock, haine, rôles!

J’ai du ROCK dans la voix, de la HAINE, des blessures,
Des RÔLES sur mesure, mais tout ça c’est pourquoi?
Pour te dire que j’ai peur, qu’ils sont devenus fous,
Qu’avant de faire des prières, je voulais te dire tout!

Y a des fous qui parlent fort, des types qui les écoutent,
Qui appellent à la mort quand tu suis pas leur route.
Les uns parlent de détails, les autres s’en balancent.
Pour faire partie du bal ils se perdraient dans la danse.
Il y a même des docteurs, qui soignent rien de tout ça,
Qui regardent les erreurs mais qui ne les voient pas.
Ça fait partie du jeu mais je vais pas jouer toujours.
Ça me donne envie de hurler, ça me fait perdre mon humour.
J’ai du mal à parler lorsque mes yeux se noient.
J’ai du mal à chanter, j’ai un voile sur a voix.
Même si personne m’écoute, ça changera pas ma route,
Celle d’un gosse sans gêne qu’est monté sur cette scène.Qui vient crier au secours,

Qui vient chercher de l’amour,
Qui vient crier au secours,
Qui vient crier,
Qui vient chercher,
Qui vient crier,

WHERE IS LOVE NOW?
WHERE IS LOVE NOW?
WHERE IS LOVE NOW?

ROCK,
HAINE,
RÔLES!

Pour te dire que j’ai peur, qu’ils sont devenus fous,
Que le monde a mal au coeur, mais que tout le monde s’en fout.
Ça suffit pas toujours d’embrasser son étoile
Ou de parler d’amour que sur des cartes postales.Rock pour te dire que j’ai peur, qu’ils sont devenus fous,
Qu’avant de faire des prières, je voulais te dire tout!
Je voulais te dire tout!…
Je voulais te dire tout!

Paroliers : Patrick Bruel

À la Une

Tu me manques….

Tu me hantes,
Tu me manques.

C est mieux comme ça…
J’essaie d’y croire.

Ce n’est pas le moment,
Ni pour toi, ni pour moi…

Y-a-t-il vraiment des moments appropriés pour être aimé? Pour aimer !??

Tu me suscites tellement d’interrogations
Auxquelles je n’ aurais jamais de réponse…

Je crois que c’est ce qu’il y a de plus dur…
Comme tes silences des semaines passées.

Nous savions que c’était éphémère…
Juste une bulle pour reprendre un peu d’air..
Tu te sens un peu plus léger,
Moi beaucoup moins légère…

Comment te remercier de Tout ce que tu as réconcilier en moi ?!

Je vais continuer à Aimer
Toujours plus fort,
Toujours intensément,
Toujours entièrement !

Parce que c’est ce qui m’a toujours sauvé…!

Tu as repris ta liberté…
Je ne veux pas être emprisonnée dans mes pensées.
Je me dirige à présent vers de nouveaux Horizons…

Sans rien oublier,
Sans jamais t’oublier.

Dinahsa

09.02.2019

À la Une

Sans toi…

C’est dommage que tu ne saisisses pas ta chance.

Que tu ne crois pas en l’espérance,

Que tu préfères la souffrance !

Je n’ai soif que de liberté, d être enivrée, seulement un peu aimée…

Tu préfères choisir la facilité,

C’est ton choix.

Non je ne le respecte pas!

Parce que tu fuis…parce que tu n écoutes que tes ressentis…

Tu passes à côté de toi, de moi !

Je t’ai dit que je ne t’attendrai pas !

Je fonce, je cours, je tombe, je chante, je vole !

Parce que moi je choisi la vie..

La vraie…

Où penser est prohibé ;

Où rire est une obligation

Et vivre un devoir !

Oui je fais tout cela à fond !

Seule…

De temps en temps accompagnée…

C est ma chance… Je crois.. j’y crois.

Mais au moins j’essaye !

Je n’ai plus rien à prouver …juste m’élever.

Même sans toi, je vais continuer !

Ne surtout pas pleurer et encore moins regretter !

Deviens Grand,

Aimes- toi,

Observes, Apprends…

Merci,

Merci pour Ces moments de vie.

Au revoir ou à bientot …Mon petit Capitaine.

07.02.2019

Dinahsa

À la Une

Tout mais pas l indifférence

« J’accepterai la douleur

D’accord aussi pour la peur

Je connais les conséquences

Et tant pis pour les pleurs

J’accepte quoi qu’il en coûte

Tout le pire du meilleur

Je prends les larmes et les doutes

Et risque tous les malheurs

Tout mais pas l’indifférence

Tout mais pas ce temps qui meurt

Et les jours qui se ressemblent

Sans saveur et sans couleur

Et j’apprendrai les souffrances

NEt j’apprendrai les brûlures

Pour le miel d’une présence

Le souffle d’un murmure

J’apprendrai le froid des phrases

J’apprendrai le chaud des mots

Je jure de n’être plus sage

Je promets d’être

Je donnerais des années pour un regard

Des châteaux des palais pour un quai de gare

Un morceau d’aventure contre tous les conforts

Des tas de certitudes pour désirer encore

Echangerais années mortes pour un peu de vie

Chercherais clé de porte pour toute folie

Je prends tous les tickets pour tous les voyages

Aller n’importe où mais changer de paysage

Echanger ces heures absentes

Et tout repeindre en couleur

Toutes ces âmes qui mentent  qui sourient

comme on pleure.-

Paroliers : Jean-Jacques Goldman

Toi,

Toi qui passe à côté de ta vie,

Toi qui te réfugies, dans tes pensées

Apprends à désirer,

A rêver,

A Réaliser,

A m’aimer, m’accepter.

Le temps passe tu sais…

N entends tu pas le tic tac de l’horloge…?!

Fais un choix, un seul choix.

Moi !

Laisse s’en aller ces négatives pensées,

Tout pourrait bien se passer.

Si seulement tu te décidais…..

Dinahsa

06.02.2019

À la Une

Piégée par sa vulnérabilité…

« A toi, l’homme toxique, toi ce pervers narcissique
Qui as tout fait pour devenir un mentor…

Moi, moi qui croyais t’avoir tout donné,
Moi Qui croyais t’aimer …
Tu m’as seulement manipulée,
Tu m’as isolée des gens que j’aimais.
Tu as pris mon cœur, mon corps, mon âme
Tu as brisé mes valeurs, tu as tout brisé …

Toi qui t’es imposé dans ma vie tel un prédateur,
Tu as su t’y prendre pour m’apprivoiser !

A toi qui as volé mon corps,
A toi qui a brisé mon cœur,
Toi, qui m’as Sali,
Tu m’as anéanti !

Tu as bien tiré profit de ce mal être qui me rongeait…
De ma détresse, de ma tristesse…
Tu adorais me réconforter après tes crises de colère…
Tu aimais être admiré…
J’étais ta marionnette que tu savais parfaitement manipuler !
Le manque de toi que tu savais créer, susciter…

Comment peut-on abuser de la vulnérabilité de quelqu’un ?!
Sauf que te concernant, ce quelqu’un c’était moi !

Je te laisse imaginer la suite,
La prise de conscience… quand j’ai compris…
Quand j’ai compris que cette relation était tout à fait anormale !
Les cauchemars, les angoisses, les pleurs ,la rage…
Et le pire de tout : La culpabilité et la honte !

Honte, honte d’avoir été naïve,
Honte de croire que tu m’aimais …
Honte d’être tombée entre tes griffes,
Honte ….de Moi !

Je ne veux pas me venger,
Mais il n’y aura jamais  prescription.

Je ne veux pas me venger
Parce que cela ne m’apportera rien…

Je veux juste, juste deux petites choses
Que tu Sois Hanté chaque jour, Hanté jusqu’ à ton dernier jour !
Et protéger, les protéger!

Que tu prennes conscience de toutes les conséquences que cela a eu depuis dans ma vie…
Que je ne souhaite même pas cela à ta propre fille !

Je ne pourrai jamais te le pardonner.
Tu ne seras plus dans mes pensées
Les rôles vont s’inverser
La roue va tourner ! « 

~Auteur Inconnu ~

À la Une

Chaque Seconde…

J’ai cherché l’erreur
Au cœur des systèmes,
Ce qui brille est un leurre
Ce qui brille peut fondre au soleil
J’ai cherché l’erreur
Qui trouble mon sommeil,
J’ai cherché pendant des heures
Pour voir que tout est à refaire,

Enfin tout est clair,
je relève la tête


Je veux vivre chaque seconde
Comme si demain était la fin du monde,
Être libre pour de bon,

A trop vouloir se lever on tombe

Abandonner la fièvre,
Ne plus regarder en arrière,
Trouver l’essentiel
Pour enfin oublier le reste


Je ne veux plus d’adresse,
Je ne veux plus qu’en vain on se blesse,
Je voudrais pouvoir éclore
Et demain sourire encore


En fait, tout est clair, je relève la tête
Je veux vivre chaque seconde
Comme si demain était la fin du monde,
Être libre pour de bon,
A trop vouloir se lever on tombe
On tombe
On tombe

Je veux vivre chaque seconde
Comme si demain était la fin du monde,
Être libre pour de bon,
A trop vouloir se lever on tombe

Je veux vivre chaque seconde
Comme si demain était la fin du monde,
Être libre pour de bon,

A trop vouloir se lever
on tombe
On tombe
On tombe

~ Kyo ~
Paroliers : Benoit Poher / Fabien Dubos / Florian Dubos / Nicolas Chassagne

Je voudrais que ça dure longtemps …

À la Une

Un espoir.
Une appréhension.

Puis ton regard…
Je suis troublée, gênée…

Ton sourire m’apaise,
Tes bras me réconfortent,
Ton regard en dit long…
Les battements de nos deux cœurs manifestent notre Candeur.

Pour toi, j’ai envie de créer un monde de couleurs,
Rempli de douceur, de chaleur…
Pour que tu n’aies plus peur !

Si seulement tu me laissais te garder près de moi !

Prends mon Amour et offre-moi Ton Cœur !

J’aime tant te regarder sourire,
T’observer dans tes délires,
Ou simplement t’écouter…
Te guider…

Laisse-moi entrer dans ta bulle,
Fais-moi une place même toute petite…!

Laisse-moi t’aimer,
T’envelopper de mes plus tendres pensées…

Je m’offre à toi !
Prête à réaliser tous tes désirs,
Si tu me promets de ne pas trop me faire souffrir…

Je veux rêver à tes côtés,
A toutes les saisons, de l’hiver à l’été…
Etre ta dulcinée.

Aime-moi jusqu’à l’impossible !
Laisse-toi aller…Cesse de penser à demain.
La vie est imprévisible,
Aimer c’est possible !

Quel chemin tu choisis ?
Je te la tends, prends ma main…
Alors tu me rejoins ?!
Je t’attends mais pas trop longtemps…
Tu verras tout ce que l’on peut faire si on est Deux !

Je te le dis quand même…
Je n’ai rien à perdre :
Je t’aime.

Dinahsa
01.02.2019














À la Une

Pourquoi ?!

Je ne comprends pas …

Pourquoi tant de violence et tant d’irritabilité?!

Ma sérénité te dérange t-elle autant ?!

Pourquoi es-tu si crispé dès que tu m’aperçois, dès que je te parle ?!

Tu me fais peur…!

Ce n’est pourtant pas la première fois…

Mais aussi intensément…si !

Qu’ai-je fait ?

Qu’est ce que je te renvoie quand tu me vois pour mériter cela ?

Toi, apparemment si fier quand tu parles de moi….

Pourquoi tu ne le montres pas ?!?!

Est ce de la pudeur ou simplement de l’apparence ?!

Sache une chose, c’est toi qui passe à côté de moi…

Je ne demande qu’une chose …

Avoir un Papa…!

Cela ne se réalisera pas.

Je le sais,

Malheureusement depuis tant d’années!

Mais que t’ai-je fait?

À part t aimer et essayer de te protéger ?!

Que me reproches-tu?

Est ce que pour une fois, tu pourrais m’affronter?

Et me dire la vérité?

Ta vérité? !

S’il te plait….

Papa, écoute moi…

Je t’aime.

Je t’aime mais je ne serai plus là.

Je rends les armes.

Leves- toi! Bats toi!

Profites des gens tant qu’ils sont là…

Je m’en vais mais mon Amour pour toi reste intact…

Comment? Pourquoi?!

Je ne le sais pas…

Tu as tant fait pour moi …

Tout et son contraire!

Mais je ne veux garder qu’une image

..

La plus belle.

Alors oui maintenant je m’envole de mes propres ailes !

Papa,

J ai tant besoin de toi….

Si seulement Tu pouvais comprendre cela……

Dinahsa

31.01.2019

Deviens qui tu es … !

À la Une

Toi mon petit Capitaine,
Tu me rejoins vers la trentaine…:)
Cette année s’annonce :
Celle du changement !
Celle de l’apaisement… !
Que te souhaiter à part Vibrer, Profiter, Être,
Évoluer, Jouer, Rire, Désirer, Aimer et Être aimé !
Et tant d’autre choses…

Toi, joli sourire,
Cesse de penser, d’analyser, te questionner !
Vis !
Laisse-toi aller…
Ose !
Montre-nous ta vraie personnalité,
Ce n’est pas si compliqué !

Tu es si beau,
Toi aussi tu as le droit d’être heureux !
Il ne tient qu’à toi de te l’accorder…

Petit Capitaine, deviens Grand !
C’est ce que je te souhaite présentement !

Que la sérénité, l’Allégresse, la joie t’inonde en cette nouvelle année !
Fais tes vœux, tes choix, tes souhaits …

Joyeux Anniversaire Petit Capitaine.

Avec mes plus tendres pensées.

Dinahsa
30/01/2019


*

Je ne change pas…

À la Une

Je ne change pas,
C’est vrai…
Je m’améliore.
J’essaie…
Je grandis, je mûris, je vieillis…

Mais je n’oublie pas…
Je pousse des portes, j’en referme, j’en découvre d’autres…

Finis les masques, finis les costumes !
Je me libère.
Je m’assume.
Je ris, je pleure, je cris, je vibre, j’aime…
Je vis !

Je garde mon âme d’enfant…
C’est ce qui me sauve, ce qui me plait …
Cela déroute, peut déplaire …
Mais j’en ai que faire !

La vie est comme elle est…
Nous devons assumer nos responsabilités mais autant les égayer !
Alors j’ai appris à m’aimer !
A aimer mes défauts et mes qualités…
Et cette âme d’enfant, est ma Lumière !

Je suis sur le chemin, mon chemin de l’accomplissement…
Il ne sera jamais total, puisque nous avançons pas à pas toute notre vie !
Sauf que je ne suis plus à tâtonner à la bougie !
Le Soleil est enfin là…

J’ai enfin fait ce choix de Le laisser entrer dans ma vie !
Oui c’est bien une question de choix.
De regarder la vie sous un autre angle, sous différents angles.

Laisser les choses se faire…
Arrêter de tout analyser, de tout vouloir comprendre.

Le secret : Ne RIEN attendre !

Quelle Libération !

Je veux rire au moins une fois par jour, peu importe les émois …
Je veux aimer à m’en couper le souffle !
Je veux virevolter et m’envoler …
Je veux être Libre et … je le suis …presque !

Mon audace m’a sauvé, m’a libéré.
Arrêter de penser…
Juste laisser aller mes sentiments,
En prenant soin de chaque seconde !

C’est vrai, je ne suis pas comme vous autres…
Je ne l’ai jamais été…
Mais en quoi c’est dérangeant ?!
Où est votre Tolérance ??!!
Cessez de juger, d’avoir peur de la Différence..
Apprenez à l’apprécier…

Même la folie peut-être jolie !

A vous, qui m’avez soutenu, consolé, épaulé,
aimé..
A vous qui m’avez blessé, brisé, fait pleurer,
MERCI.

How Life is beautiful ! 

OUI, aussi étonnant que cela puisse paraître…
Je l’aime ma vie.
Je me suis réconciliée avec mon passé, mes tourments..
Je fais place au présent… Carpe Diem !

Ne plus regarder derrière, ni devant,
Juste vivre Ce moment présent !

Dinahsa
30/01/2019




À la Une

A toi, mon éclat de soleil

Ma jolie Hélène,
Toi si douce, qui nous a toujours pris sous ton aile,
Toi, qui nous inonde de chaleur avec ton si beau sourire,
Qu’est-ce qu’on peut rire ensemble !
Pleurer aussi…
Tu nous a toujours protégées…
Comme une grande sœur attentionnée !
Je ne sais comment te remercier …
Nous avons toutes grandi à tes côtés..
Toujours là pour nous écouter, nous consoler mais aussi nous égayer !

Tu es un bijou de la vie, tant par ta beauté extérieure qu’intérieure.
Tu illumines la vie des personnes que tu côtoies !

Certes, tu as aussi tes émois, et ton caractère bien trempé
Mais tu es Toi, et je t’admire pour cela !
Et aussi on t’aime comme cela !

Ma Lénou d’amour, Je te souhaite de continuer à sourire, à rire et nous faire rire !
Je te souhaite un très bel anniversaire, que cette année soit douce, joyeuse, folle !

Je t’embrasse aussi fort que je t’aime !



À la Une

Changer de vie : le jour où elle réalisa que sa vie ne lui convenait plus

« Elle en avait assez de ne pas être complètement elle-même, elle réalisa que ne pas être fidèle à elle-même ne rendait pas service à son âme et au monde, elle voulait changer de vie.

Elle en avait assez d’écouter le bruit du monde.

Et elle réalisa que la voix tranquille de son âme était le plus beau son.

Elle ne voulait plus remettre en question ses motivations, ses intentions, l’appel de son âme. Et, elle se rendit compte que les questions cherchaient des réponses et qu’elle connaissait probablement déjà les réponses.

Elle avait assez de s’efforcer, de parcourir et de rester sur le chemin difficile. Et elle réalisa que le fait de prendre des mesures difficiles pouvait être le signe qu’il était temps de choisir un autre chemin et de changer de vie.

Elle en avait assez des distractions, des petites addictions qui l’éloignaient des vrais désirs de son âme. Et elle réalisa que la force de caractère provenait de la concentration et de l’engagement.

Elle en avait assez de ne pas suivre les désirs qui hurlaient dans son âme chaque jour. Et elle réalisa que si elle n’y faisait rien, ils mourraient à petit feu en emportant un morceau de son âme.

Elle ne voulait plus des dîners et des cocktails où les conversations étaient superficielles. Et elle réalisa que les boissons déformaient la réalité et créaient un bonheur temporaire qui n’était pas réel.

Elle n’avait plus envie de plaire à tout le monde. Car elle avait conscience que ce ne serait pas possible de toute manière.

Et elle n’avait plus envie de se poser des questions, elle réalisa qu’elle devait suivre son cœur car il connaissait la vérité.

Elle en avait assez d’analyser toutes les options, de peser le pour et le contre et d’essayer de tout comprendre avant de se lancer. Et elle réalisa que sauter le pas impliquait de ne pas voir complètement où cela allait mener.

Elle en avait assez de s’inquiéter, comme si l’inquiétude était le prix à payer pour que tout se passe bien. Et elle réalisa que les inquiétudes ne devaient pas faire partie du processus.

Elle en avait assez de s’excuser et de jouer petit pour que les autres se sentent à l’aise et bien intégrés. Et elle réalisa que l’adaptation était excessive et que sa lumière rendait les autres assez courageux pour faire de même.

Elle en avait assez des remords et des « et si ». Et elle réalisa que le recul ne s’appliquait jamais car les circonstances avaient toujours un aspect différent dans le rétroviseur .

Pour changer de vie, elle ne voulait plus des amitiés fondées sur une histoire commune et des expériences passées.

Et elle réalisa que si les amis ne pouvaient pas évoluer ensemble ou qu’ils ne suivaient plus le même chemin. Il était normal de les laisser partir.

Elle ne voulait plus essayer à tout prix de s’intégrer et de se faire accepter. Car le prix à payer pour être inclus était trop élevé et trahissait son âme.

Et elle en avait assez d’être épuisée et réalisa que cela venait du fait qu’elle passait son temps à faire des choses qui ne lui apportaient pas de joie et ne nourrissaient pas son âme.

Elle n ‘avait plus envie d’essayer de tout comprendre, de connaître les réponses, de tout planifier et de voir toutes les possibilités avant de commencer. Car elle réalisa que les meilleurs moments dans la vie étaient ceux auxquels elle ne s’attendait pas.

Et elle ne voulait plus chercher l’amour. Car elle réalisa qu’aimer et s’accepter était le meilleur type d’amour et la graine à partir de laquelle tout autre amour commençait.

Pour changer de vie, elle ne voulait plus se battre, ni essayer de changer ou ne pas accepter son corps. Et elle réalisa que le corps avec lequel elle était venue au monde était le seul dont elle disposait. Donc elle devait l’aimer et l’accepter.

Elle ne voulait plus être à l’écoute, connectée et à jour constamment. Et elle réalisa que les nouvelles et le bruit du monde étaient toujours au rendez-vous. Une cacophonie qui ne ralentissait jamais ni ne se taisait et qu’écouter le silence de son âme était ce qu’il y avait de mieux.

Elle ne voulait plus comparer et regarder la vie des autres comme un miroir pour elle-même. Et elle réalisa qu’elle avait son propre miroir dans la meilleure et la plus belle des lumières.

Elle en avait assez d’avoir raison.

Et elle réalisa que la vérité de chacun était relative et personnelle, et que le seul droit requis était-il celui qui semblait le meilleur pour elle.

Elle en avait assez de ne pas se sentir à sa place dans le monde. Et elle réalisa qu’elle ne se sentirait peut-être jamais à sa place dans le monde. Mais que le sentiment d’être à sa place dans son âme était suffisant pour changer de vie.

Elle ne voulait plus être drainée par des personnes qui ne veulent pas prendre le temps nécessaire à leur propre processus et qui voient des raccourcis à travers le sien. Et elle réalisa qu’elle pouvait partager son expérience, mais que tout le monde devait faire son propre travail.

Elle ne voulait plus essayer de changer les autres ou de leur faire voir des choses. Et elle réalisa qu’elle pouvait seulement donner l’exemple aux autres.

Elle n’avait plus envie de voir la blessure comme quelque chose à éviter, à prévoir ou en quelque sorte de sa faute. Et elle réalisa que la douleur la façonnait autant que la joie et qu’elle en avait besoin pour apprendre et évoluer.

Elle ne voulait plus juger les autres. Et elle réalisa que le fait de juger supposait la présence du bien et du mal. Et qu’il y avait une différence entre utiliser des informations pour informer et faire du tort à une autre personne.

Elle ne voulait plus avoir de regrets, car elle réalisa que si elle avait mieux su, elle aurait mieux fait.

Et elle ne voulait plus être en colère. Elle se rendit compte que la colère n’était qu’une lampe de poche qui lui montrait ce dont elle avait le plus peur.

Et elle ne voulait plus être triste, car la tristesse était née quand elle avait trahi sa propre âme et fait des choix qui n’étaient pas fidèles à elle-même.

Elle ne voulait plus jouer petit car elle réalisa que si les autres ne pouvaient pas gérer sa lumière. C’était parce qu’ils avaient peur de la leur.

Et elle ne voulait plus crier au-dessus du bruit du monde, car elle réalisa que vivre à voix haute pouvait se faire tranquillement.

Elle n’avait plus besoin d’une autorisation, d’une validation ou de l’autorité. Elle réalisa qu’elle était sa propre autorité. »

Ce texte résonne en moi, j’aurai pu l’écrire, et je suis ravie de le lire… Je vous souhaite de trouver votre chemin… »

Par Lisa Blanche. Le 26/01/2019

À la Une

Je veux être Tienne,

Je veux être ton étoile, ta priorité,
Je veux faire raisonner ton cœur,
Je veux crier sur tous les toits
Que c’est Toi!
Parler à des inconnus et leur dire
Que je t’ai choisi pour la vie !
Je veux me perdre dans ton regard
Laisser le temps s’écouler… et profiter
Car je te promets, je vais t’apprendre à rêver !

Pasugiya
10/06/2010

Il me l’a offert…

À la Une

Lui qui me connaît si peu,

Quelques déjeuners partagés,

Des boutades échangées…

Il me l’a offert !

Je serai passée dans les rayons,

Je ne l’aurai même pas feuilleté…

Il ne connaissait aucun de mes projets…

Juste le plaisir d’offrir, juste le plaisir de me faire sourire…

Raté, je suis émue aux larmes par une telle générosité tant de son geste que de sa pensée…

Parfois, il en faut si peu…

Ce si peu, peut être tout, surtout quand il n’y a rien.

Alors Merci. Merci pour ce qui est mon tout, et pour toi qui n’est rien.

Merci.

À la Une

La Quête…

Cette recherche,

Ces questions enfouies pour ne pas te blesser…

Ce besoin de savoir, de tout savoir sur votre vie….

Vous qui êtes mes piliers, mes modèles, mes emblèmes !

Vous qui êtes partis trop tôt…

C ‘est dans l’ordre des choses, je sais…

Mais j ai tant aimé grandir à vos côtés !

J’avais abandonné l’idée de retrouver quelques traces, vos traces…

L’histoire, la transmission sont pour moi des choses essentielles… mais j’avais baissé les bras…

Et ce soir…ce soir , par un pur hasard …

Je découvre ce fascicule…qui décrit une petite partie de vos vies…

C est un trésor, à mes yeux ça vaut de l’or…!

Ne jamais oublier !

Ce qui me perturbe c’est que depuis un mois, certaines choses, certaines personnes entrent ou sortent de ma vie …mais l’accumulation de cet ensemble …

M’émeut…

Parfois de joie, parfois de ….

La vie est certainement bien faite…

Il me tarde d avoir un petit moment de répit…

Merci, merci pour tout ces souvenirs, ces moments de rire et de partage….

Merci. Vous êtes toujours avec moi.

Je vous aime.

Nidahsa
25/01/2019

À la Une

Mon petit Bilou 😍😘😍

Toi ma moitié,

Toi ma complice,

Toi, ma Ju d’amour,

Ma blonde adorée,

Ma surexcitée,

Je t’aime.

Je te protégerai à jamais !

Que te souhaiter …

Trouve ton chemin,

Sois sereine.

Aime !

Aime-toi, Accepte-toi…

et sois Toi !

Je t’aime comme ça!

Joyeux Anniversaire ma Jolie Princesse !

Où que je sois Tu es toujours avec Moi!

Je t’aime n’oublie jamais cela.

Prends soin de toi ❤💋

À la Une

Puisque tu pars

 
Puisque l’ombre gagne
Puisqu’il n’est pas de montagne
Au-delà des vents plus haute que les marches de l’oubli
Puisqu’il faut apprendre
À défaut de le comprendre

À rêver nos désirs et vivre des Ainsi soit-il
Et puisque tu penses
Comme une intime évidence
Que parfois même tout donner n’est pas forcément suffire
Puisque c’est ailleurs
Qu’ira mieux battre ton cœur

Et puisque nous t’aimons trop pour te retenir
Puisque tu pars…

Que les vents te mènent
Où d’autres âmes plus belles
Sauront t’aimer mieux que nous puisque l’on ne peut t’aimer plus
Que la vie t’apprenne
Mais que tu restes le même
Si tu te trahissais nous t’aurions tout à fait perdu,
Garde cette chance
Que nous t’envions en silence
Cette force de penser que le plus beau reste à venir
Et loin de nos villes
Comme octobre l’est d’avril
Sache qu’ici reste de toi comme une empreinte indélébile

Sans drame, sans larme
Pauvres et dérisoires armes
Parce qu’il est des douleurs qui ne pleurent qu’à l’intérieur


Puisque ta maison
Aujourd’hui c’est l’horizon


Dans ton exil essaie d’apprendre à revenir
Mais pas trop tard…

Dans ton histoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Puisque tu pars
Dans ton histoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Puisque tu pars

J’aurai pu fermer
(Garde en mémoire)
(Garde en mémoire)
Oublier toutes ces portes
Tout quitter sur un simple geste
(Puisque tu pars)
(Puisque tu pars)
Mais tu ne l’as pas fait
J’aurai pu donner
Tant d’amour et tant de force

Mais tout ce que je pouvais
Ça n’était pas encore assez…Pas assez


Pas assez
Pas assez
Puisque tu pars
Puisque tu pars

Paroliers : Bryan Adams / Eliot Kennedy / Jean-Jacques Goldman

La Transformation

À la Une

Se libérer,
Se transformer…
« Commence par la vulnérabilité. Par le courage de ressentir ce que nous 
avons toujours eu peur de ressentir. »

C’est ce que je vis.
Cette introspection est tout aussi douloureuse que salvatrice.
« Cette force de penser que le plus beau reste à venir » ~ Avenir ~

Dire Au revoir au passé,
Et à la fois renouer avec Lui, avec Vous…
Me fais un bien doux, un bien fou !

Vous dire que je vous aime,
que j’ai besoin de vous…
Vous dire Merci !
Merci d’être ce que vous êtes,
Merci d’être présents par moments,
Merci aussi de vos absences.

Vous dire simplement que vous comptez pour moi, à chaque instant…
C’est Important.
Je ne veux pas perdre de temps !

Des ailes apparaissent,
Je laisse le temps faire…

Je vous observe avant de prendre mon envol ;
J’ai encore beaucoup à apprendre…!
Étonnamment, la Patience est rentrée dans ma vie…
J’espère qu’elle deviendra mon Amie.

Je suis troublée, destabilisée, perturbée,
C’est vrai…
Mais je sais que c’est momentané…

Advienne que pourra…

L’important c’est de ressentir cette légèreté, ce Bonheur s’approcher, être présent par moment et surtout l’accepter, l’accueillir dans ma vie.

Dinahsa
23.01.2019 – Le Cadran – Paris 12ème


À la Une

Cher Mystère,

On programme,

Tu annules,

Tu changes d’avis…

On reprogramme.

On se rencontre,

Une deuxième fois.

Circonstances particulières !

Petit malaise…

La tension s’estompe

Au fil de la conversation.

Je me livre,

Je t’explique,

On se coupe, on s’entrecoupe ;

C’est vivant et tendre.

Nombreux mystères te concernant, me concernant.

Quelques incompréhensions …

Le temps file,

Tu t’enfuies..

J’avais tant d’autres questions, tant d’autres choses à partager avec toi…

Je ne peux t’offrir ce que tu attends.

Jamais !

Je ne peux définir cette relation.

De toutes les façons à quoi bon?!

Soit tu t’en contente,

Soit nos chemins se sépareront.

Merci pour ce moment.

Nidahsa

23.01.2019 – Le Cadran – Paris 12

À la Une

Rencontre

Marcher sur tes pas,
Marcher vers toi…
Je ne l’ai fait que quelques fois…
Cela doit se compter sur mes dix doigts !

Je tremble,
J’ai peur comme autrefois…
Cela fait si longtemps que je ne suis pas venue…

Tant de souvenirs, tant d’images qui resurgissent!
Toi sur ce sol ce matin-là…
Puis à la morgue ce jour-là…
Et enfin dans cette boite…
Était-elle jolie ou pas ?!
Je ne sais plus…
Je saignais..du nez…et surtout du cœur !

C’est la première fois que je l’ai vu pleurer !
Lui cet emblème qu’était Notre père…
Tu nous as déchiré, séparé …
Toi qui était tant aimée !
Si seulement tu pouvais nous expliquer…

Nidahsa
22.01.2019

Le Vésinet

À la Une

Tendres pensées,

Déchirure du passé…

Nostalgie…

Petit café…

Il est temps de La tourner cette page.

On va aller Lui dire Au revoir à cette jolie Poupée…

Qu’Elle repose en Paix…

Qu’Elle m’inonde de cette Paix…

Vole joli cœur,

Je m’envole aussi mais pas vers la même destinée !

Tu as fait un choix…regrettable…

Je ne te juge pas, je ne connais pas ton vécu…

Moi j’ai choisi la Vie…choisi de te prouver qu’Elle est belle…si douloureuse mais si belle.

Il faut faire des choix…

La mort t’as emporté, c’était ton choix…

Pourquoi ?!

Je ne le saurais malheureusement jamais…

Que tu reviennes,

Je ne m’y attends plus…!

Je ne pense plus à toi tous les jours,

Mais par moment j’aurais besoin de Toi, de Tes bras, de Ton odeur,de Ta voix…

Juste de Toi !

Pourquoi reviens-Tu me hanter…?!

Si tu savais comme cela me peine..

Si tu savais comme j ai lutté pour accepter ta lâcheté…Je croyais que tout cela était du passé….

Je t’ai connu que 8 ans… j’en ai bientôt 29 donc 21 ans sans toi…

Alors pourquoi?! Pourquoi es-Tu là dans mes pensées….

J aimerai tant t’oublier….!

Je n ai que 2 souvenirs de toi….

Loin d’être les meilleurs… ils représentent Toute ma douleur !

J aimerai un doux signe de ta part…

Mais je n’attends plus rien ! Ni de Toi ni des Autres ou de la Vie.

Je n ai plus rien à perdre !

J’ai juste soif de Liberté !

Alors libère-Moi !

S’il te plait… au moins de cela !

Laisse-moi sourire, tari mes larmes, apaise-moi…

Je t’en supplie … !

Tu es partie sans même que l’on ne puisse te dire au revoir…

Au fond de mon cœur, tout est devenu si noir…

Au fond de mon cœur il me reste Un espoir, un seul Espoir.

Non pas de te revoir…

Juste de faire une croix,

Sur Toi, sur Eux…

J’ai fait face aux soucis, j ai tout pris sur mes frêles épaules…

Il paraît que c’est la vie..

On a chacun notre fardeau !

Mais on ne m’a jamais demandé mon avis…

Maintenant j’ai mûri, et je veux juste sourire.

J ai grandi sans Toi, sans Maman ni Papa…

C est comme ça.

A 29 ans, il est temps que le puzzle prenne forme!

Alors S’il te plait…s’il te plait…

Laisse-moi VIVRE en Paix !

Je me suis fait une raison sur Ce Passé, Mon passé…

Je ne peux te pardonner, ni toi ni de ce qu’il s’est passé après ton décès…

Je n’ai plus de rancune…

Que des mauvais souvenirs…

Mais cette fois je passerai l’hiver !

Sans trop souffrir…

J’ai juste besoin d’Amour,

Un peu de velours où me réfugier…

Mais seule, la solitude est présente…

Ne dit-on pas qu’il vaut mieux être seule que mal accompagnée ?!

Mon coeur bat à nouveau….

Je suis proche de la Lumière,

Pas la même que La tienne…

Nos choix sont aux extrémités….

Libère-Moi, laisse la Sérénité m’épouser…Elle est si proche, je le sais…!

Je ne me perdrais plus…

Je suis sur le bon chemin,

Dommage que tu n’en fasse plus partie…mais on ne va pas refaire la vie…!

Et quelque part, grâce à Toi, plutôt à ton désastreux choix, je suis devenue qui je suis… !

J ai appris à aimer Celle que je suis…

Loin d ‘être parfaite…mais je ne veux plus l’être…

J’affectionne même mes imperfections, surtout mes imperfections!

Si tu m’aimes, pense à moi…

Libére-moi !

Prends soin de moi et veille sur moi comme tu ne l’as jamais fait !

Reprends ton rôle de Soeur aînée !

Guide-moi dans le Magnifique,

Dans Ce splendide Tourbillon d’la vie…

Je pars là où mon coeur me pousse…

Avec ou sans ton aide …J’y arriverai..

Je le sais !

Il n’y a pas de rêves interdits

Je ne veux plus rêver ni espérer juste Être, juste Vivre!

Ce n’est pas trop demandé !

Je vais retrouver mes traces …

Renaître juste pour Moi !

Sache qu’Ici, reste de toi comme une empreinte indélébile….

Il n’y a des douleurs qui ne pleurent que de l’intérieur…

Tu seras toujours là, en moi…

Je te dis juste Au revoir…

Puisque je n ‘ai pas pu te retenir…

Puisque Tout ce que je pouvais…, n’étais pas assez!

Ceci n est pas un Au revoir,

Je pensais plus du….Au revoir,

Je sais qu’on se reverra….!

Dinhasa

22.01.2019

À la Une

Qué vendrá – Zaz

Qu’importe là où je vais
Tant que j’ai l’audace
De tenir la main de l’autre
Pour aimer le temps qui passe
Dans tout ce que je fais
La rage et l’amour s’embrassent
Quelle soit mienne ou qu’elle soit vôtre
La vie nous dépasse

Qué vendrá, qué vendrá
Describo mi camino, sin pensar, sin pensar
Dónde acabará

Dans mes joies, dans mes peines, dans mes choix, dans mes larmes
Je laisse aller mes sentiments
Au mieux on écrit son chemin comme on se soigne
Pour aimer indifféremment
Sous les sables mouvants d’un passé qui s’effondre
Je me raccroche à ceux que j’aime
Prenons soin de chaque seconde
Les heures prendront soin d’elles-mêmes

Qué vendrá, qué vendrá
Describo mi camino, sin pensar, sin pensar
Dónde acabará
Qué vendrá, qué vendrá
Describo mi camino
Si me pierdo es que ya me he encontrado y sé
Que debo continuar

Puisque nous sommes ici sans savoir
Ce qui nous attend un peu plus tard
Laisser parler mon instinct, me guérir
Puisque tout cela est bien trop court
J’aimerai jusqu’à mon dernier jour
Jusqu’à mon dernier souffle de vie

Qué Vendrá, qué Vendrá
Jusqu’où j’irai, j’en sais rien
Sin pensar, sin pensar
Sans penser à demainQué vendrá, qué vendrá
Describo mi camino
Si me pierdo es que ya me he encontrado y sé
Que debo continuarQué vendrá, qué vendrá
Describo mi camino
Si me pierdo es que ya me he encontrado y sé
Que debo continuarSi me pierdo es que ya me he encontrado y sé
Que debo continuar

Qu’importe là où je vais
Tant que j’ai l’audace
De tenir la main de l’autre
Pour aimer le temps qui passe
Dans tout ce que je fais
La rage et l’amour s’embrassent
Quelle soit mienne ou qu’elle soit vôtre

La vie nous dépasseQué vendrá, qué vendrá
Describo mi camino, sin pensar, sin pensar
Dónde acabará

Dans mes joies, dans mes peines, dans mes choix, dans mes larmes
Je laisse aller mes sentiments
Au mieux on écrit son chemin comme on se soigne
Pour aimer indifféremment
Sous les sables mouvants d’un passé qui s’effondre
Je me raccroche à ceux que j’aime
Prenons soin de chaque seconde
Les heures prendront soin d’elles-mêmes

Qué vendrá, qué vendrá
Describo mi camino, sin pensar, sin pensar
Dónde acabará
Qué vendrá, qué vendrá
Describo mi camino
Si me pierdo es que ya me he encontrado y sé
Que debo continuar

Puisque nous sommes ici sans savoir
Ce qui nous attend un peu plus tard
Laisser parler mon instinct, me guérir
Puisque tout cela est bien trop court
J’aimerai jusqu’à mon dernier jour
Jusqu’à mon dernier souffle de vie

Qué Vendrá, qué Vendrá
Jusqu’où j’irai, j’en sais rien
Sin pensar, sin pensar
Sans penser à demain

Qué vendrá, qué vendrá
Describo mi camino
Si me pierdo es que ya me he encontrado y sé
Que debo continuarQué vendrá, qué vendrá
Describo mi camino
Si me pierdo es que ya me he encontrado y sé
Que debo continuarSi me pierdo es que ya me he encontrado y sé
Que debo continuar

À la Une

A bientôt Nous deux…

Toi, toi qui me rends le sourire dès que je m’imagine…

Dès que j’y pense.

Tu n’es plus un rêve mais un objectif…!

Tout est possible à mon âge…

J’y crois… Je sais que je te rejoindrai !

Je n ai pas vraiment le choix.

Il faut mettre un point final.

Puis Renaître…

Savoir dire Au revoir, à cette vie, à ce passé.

Puis Vivre, Sourire, Profiter,Partager,Communiquer, Aimer, Pleurer et enfin juste Être.

Dans l Amour, la Passion, la Compassion,l’Altruisme, la Tolérance, le Respect, la transparence, l’Honnêteté, la Confiance, l’Espoir, l’Amitié, l’Écoute, la Présence…

Toi, joli pays, tu vas m’accueillir !

Cela ne sera pas sans souffrir par moments, certainement.

Mais je le sais au plus profond de moi que Tu seras mon apaisement.

Dinahsa

22.01.19

À la Une

Enivrante

Moi si sage,
Si responsable,
Si raisonnable et prudente…

Ce soir …
j’ai fait une découverte de quelque chose que je haïssais…
La vitesse…
La voiture, cette bombe humaine …
Cet engin si…dangereux…si puissant même à 20 à l’heure, m’a toujours fait peur !

Ma hantise depuis toujours…blesser, tuer …un chien, un chat, un humain, un être vivant…

Ce soir j’ai été prudente pour les autres ….pas pour moi…
Je n’ai plus rien à perdre..
Je ne suis pas suicidaire, j’ai juste envie de m’amuser, de me surpasser …
Oublier la raison et accélérer…
Alors j’ai laissé mon pied glisser..

Et c’était bon…
Débile mais bon !
Le son n’a pas aidé à me raisonner…

Ce n’est pas drôle mais cela me fait tant sourire.

On dit qu’il ne faut pas conduire alcoolisé ou drogué,
J’en suis convaincue.. mais il ne faudrait pas conduire attristée ou énervée…ou seulement fatiguée…

Nidahsa
22.01.2019

Petit clin d’œil à vous : Julien.C et Anthony.E, vous qui aimiez me faire peur et pourtant vous étiez bien les seuls avec qui je me sentais en sécurité !

À la Une

En attendant la fin…

 » On se retourne vers Dieu quand sa tourne mal
Quand le ciel s’écroule sur nos petites étoiles
On se sent si seul quand le train déraille
De la pluie dans mes yeux quand l’espoir détale

Quand je voie maman perdre ses pédales
On s’en remet à dieu sur son lit d’hôpital
Je perds l’équilibre sur mon triste manège
Sous le soleil d’été je voie tomber la neige

On ne se moque plus de dieu quand les pelles nous assiège
Il y a des jours comme ça où rien ne va
Enfermé dans ton mal-être
Quand les anges pleurent au bord de ta fenêtre
Il y a des jours comme ça où rien ne va
A se torturer la tête
Si l’espoir meurt, pourra-t-il renaître?
Regarde-moi brûler, quand s’éteint la lumière
Écoute-moi crier aux portes de l’enfer

Regarde-moi tomber sans plus personne derrière
Redevenir poussière

On s’en remet à dieu quand la roue a tourné
Les amies t’oublient comme une chanson d’été
L’amour lui aussi s’endort sur ses regrets

On se retourne vers dieu quand on descend l’échelle
Car l’argent c’est bien mais ce n’est pas éternel
On ne fera pas long feu si on ne vole qu’avec une aile
Il y a des jours comme ça où rien ne va
Enfermé dans ton mal-être
Quand les anges pleurent au bord de ta fenêtre
Il y a des jours comme ça où rien ne va
A se torturer la tête
Si l’espoir meurt, pourra-t-il renaître?
Regarde-moi brûler, quand s’éteint la lumière
Écoute-moi crier aux portes de l’enfer
Regarde-moi tomber sans plus personne derrière
Redevenir poussière
C’est la lumière ou le noir
L’amour ou la gloire
La défaite, la victoire
Soit tu gagne soit tu foire
On veut juste s’évader
S’enfuir de nos cauchemars
J’veux pas rater ma vie, rater mon train
Toucher l’infini comme si j’mourrais demain
J’veux pas que tu m’oublie quand ta des chagrins
En attendant la fin
« 

Paroliers : Olivier Reine / Yohann Michel

https://www.youtube.com/watch?v=M2gmOcYaOwA

Il y a bien longtemps qu’Il ne fait plus parti de ma vie, bien qu’Il fera toujours parti de moi – dan un certain sens – Le débat de toute une vie …
Mais il m’est arrivé en effet de me tourner vers Lui que lorsque ca n’allait pas …aujourd’hui tout cela est si loin de moi…

Mais ce texte résonne …même si demain est un autre jour et que tout ira bien, j’en suis certaine…

À la Une

S’éloigner pour mieux revenir

Ce n’est pas un abandon.
Justement c’est pour voir l’horizon…
Pour m’épanouir, enfin avec un sourire !

Pour revenir,
Sans vouloir mourir…

Mais pour vivre,
Pour partager et aimer.

Apprécier la présence, l’absence ;
Ne plus avoir peur du silence.
Ne plus pleurer ni souffrir
Mais juste me construire…

Vous pouvez m’aider en étant à mes côtés.
Je ne veux pas de votre pitié,
Seulement de la sincérité accompagné d’une simple amitié.

Si c’est votre curiosité qui vous amène
Alors vous perdez votre temps !

L’amitié c’est important autant pour s’amuser et rire ;
que pour pleurer et souffrir.

Etre ami c’est partager, comprendre, aider la personne que vous aimez.

Pasugiya
04/01/2005

À la Une

Égoïste…

Toi,

Toi là,qui me crie ton Amour.

Toi qui crois qu’en claquant des doigts ,

Je vais être là…

Sors de toi,

Observe ton comportement,

Observe toi.

Prends un peu de recul…

Regarde à ta montre.

Laisse le temps s’écouler…

Quelques secondes….

Je serai là

Mais pas que lorsque tu le décideras.

Dinhasa

L’horloge

Paris 19

20.01.2019

À la Une

Triste vérité

La vie est si triste,
Elle tient sur un fil.

Un jour on marche dessus,
Puis on tombe dans un gouffre éternel.

Où l’aide est essentielle,

Mais l’Homme s’abstient de vous tendre ses mains.
Il vous demande, questionne par curiosité.
Mais après il fait demi-tour ;
Et s’en va chanter dans les près,
Comme si de rien était…

C’est là, la triste vérité,
Que les mots : amitié, aimer ne sont rien que des lettres qui ne signifient rien.

Pasugiya
04/01/2005

Je laisse

https://youtu.be/Fb9FMpWr05Q

Je laisse
Le temps pour qu’on me donne de la tendresse,
Pour qu’un peu tout se calme et que tout cesse,
Que la douleur s’éloigne et me délaisse,
Que ta douleur s’éloigne et me délaisse,
Et j’apprends à oublier ton ivresse,
Ton odeur, tes cheveux et nos caresses,
Ces heures qui près de toi n’étaient que liesse,
Ces heures si près de toi.Même si je traîne encore
Un peu dans ton décor,
Tu sais je traîne encore
Un peu de nos remords,
C’est vrai je traîne encore
De toi dans mon décor,
Tu sais je traîne encore
Mais je m’en sors.Je laisse
Ma force prendre le pas sur ma faiblesse,
Et peu à peu mon sourire se rapièce,
Je n’ai presque plus peur quand tu me blesses,
Je n’ai presque plus peur.Même si je traîne encore
Un peu dans ton décor,
Tu sais je traîne encore
Bien trop de nos remords,
C’est vrai je traîne encore
De toi dans mon décor,
Tu sais je traîne encore
Mais je m’en sors.Je laisse
Ses mains posées sur moi pleines de tendresse,
Ses yeux me font comprendre qu’un jour tout cesse,
Enfin ton cœur s’éloigne et me délaisse,
Enfin mon cœur s’éloigne.Et je traîne mon corps
Dans son nouveau décor,
Tu sais je traîne encore
Bien loin de nos remords,
C’est vrai j’étrenne son corps
Dans mon nouveau décor,
Tu sais j’étrenne son corps
Et je l’adore.Je laisse ses mains posées sur moi,
Je laisse.Paroliers : Franck Authie / Gregoire Boissenot